test de FIFA 09 suite

suite de notre test du jeu FIFA 09 mis en place par EA sport il y a 10 ans…Alors que dans quelques jours c’est la sortie de FIFA 19 ! On va pouvoir mesurer la grande évolution du jeu devenu n°1 dans le monde, grace à ses licences, son gameplay hyper réaliste, ses modes de jeu dont le mode en ligne qui fait fureur, surtout avec un marché des transferts quasi-libre où chacun peut “muscler” son équipe à grand coup de vente de crédits fifa 19 ou d’achats de fifa points dans la boutique EA. Mais, en 2019, FIFA se fait menacer sérieusement par PES. Est-ce que chacun à leur tour les 2 jeux vont donc dominer une décennie (2000 pour PES, 2010 pour FIFA, 2020 pour …) ?

FIFA 09 : DES GRAPHISMES DIGNENT D’UNE CONSOLE HD

Passons maintenant au côté visuel, à commencer par les menus. Ils sont tout simplement magnifiques. A la fois sobres et classes, ils sont parfaitement adaptés pour une navigation claire et efficace. Comme c’est l’habitude maintenant dans les jeux estampillés EA Sports, pendant les chargements vous pourrez vous entraîner dans l’arène. Un effet splendide une fois le loading terminé se déclenche, vous faisant instantanément pénétrer sur la pelouse concernée par la rencontre, on s’y croirait. Une fois dans le stade, une chose saute aux yeux : c’est beau. Les joueurs sont très bien modélisés et leur animation est décomposée de façon hyper réaliste. Par contre, les visages ne sont pas du même acabit. Ils sont certes bien faits, mais ils ne ressemblent malheureusement pas souvent à leur véritable homologue.

Si certaines stars du ballon rond comme Frank Ribéry, Ronaldinho, Steven Gerrard ,  Hatem Ben Arfa,  Karim Benzema ou encore Wayne Rooney sont criants de réalisme, en revanche d’autres comme Cristiano Ronaldo sont vraiment ratés. Ne parlons même pas des joueurs de seconde zone comme Bafe Gomis ou Samir Nasri, pourtant bien modélisés chez la concurrence. Ce défaut majeur est compensé une fois le match lancé puisque vue de haut l’illusion est parfaite, la morphologie et le style des joueurs étant respectés à la lettre. J’entends par là que si les traits du visage ne sont pas ressemblants, tout le reste l’est. Les stades quant à eux sont bluffants et le public bouge, réagit et chante au gré de vos actions. Un régal.

UNE BANDE SON IMMERSIVE

L’ambiance des rencontres est tout simplement superbe. Les chants des supporters retentissent dans les travées et la majorité des clubs possèdent leurs propres « mélodies » qu’il est possible de reconnaitre sans problèmes pour les passionnés. Les commentaires assurés par l’excellent Hervé Matoux ainsi que l’ancien joueur Frank Sauzée sont dynamiques et appréciables. En plus des réactions aux actions, les deux compères s’autorisent quelques anecdotes et autres blagues pendant les matchs. Excellent. Il arrive cependant que le son des commentaires baisse d’un coup lors des cinématiques, c’est un peu gênant. Par ailleurs, les musiques sont comme d’habitude chez Electronic Arts parfaitement dans le ton. Plusieurs styles sont disponibles pour plaire au plus grand nombre et il est bon de noter qu’une option permet de couper celles qui ne plaisent pas pour ainsi se faire sa propre play-list parmi les 42 mélodies présentes. A noter que pour la version française, Soprano et son hymne « Victory » est disponible : voir la liste des musiques fifa 2009

LE GAMEPLAY de FIFA 09 TOUJOURS AU PLUS PROCHE DE LA REALITE

Mais toutes les qualités entrevues plus haut ne seraient rien avec une jouabilité bancale. Je vous rassure immédiatement, FIFA 09 est à la hauteur du reste. Le rythme des matchs est parfait et il est très difficile de marquer de loin. L’inertie des joueurs n’est plus aussi prononcée que dans l’épisode précédent, ce qui apporte un peu plus de dynamisme aux actions. On s’approche de plus en plus de la simulation ultime en termes de sensation. Tout est parfait ou presque. Presque, car il reste quelques petits défauts incompréhensibles qui gâchent un peu le plaisir de jeu. A commencer par la règle de l’avantage. Le signe apparaît bien en haut de l’écran, mais l’arbitre revient neuf fois sur dix à la faute alors que l’on se retrouve face au gardien de but, énervant. Egalement, lors des ballons en profondeur lobés dans le dos de la défense, il arrive que le stoppeur ralentisse pendant une seconde, suffisante pour que l’attaquant s’empare du ballon et aille disputer un duel avec le goal. Aussi, lorsque l’on presse la touche de sortie du gardien, il hésite encore à réellement courir vers le ballon et attend parfois trop longtemps avant de démarrer. Enfin, lorsque l’on a une équipe avec un maillot foncé, l’arbitre en a un également et on le confond alors souvent avec un joueur de sa propre équipe. Espérons qu’un patch vienne rapidement corriger tout ça. Pour le reste, on sent que les développeurs ont compris ce que les joueurs attendaient. Même les gardiens sont maintenant devenus de véritables forteresses dans les niveaux de difficulté élevés. Pour les tromper il est possible de tenter différents types de frappes comme des tirs brossés qui assurent presque toujours de trouver le cadre.

Revers de la médaille, la puissance n’est pas maximale et il vous faudra donc privilégier ce type de shoot lorsque vous serez proche des cages. Sachez également que les défenses sont redoutables et qu’il est pratiquement impossible de partir du milieu du terrain en dribblant tout le monde sur le côté comme dans Pro Evolution Soccer. A ce titre, le nouveau système de contacts instauré par EA Sports fait ses preuves. Les tacles, les duels à la tête et à l’épaule n’ont jamais été aussi intenses et bien retranscrits dans un jeu de football. Il va falloir faire attention au positionnement de votre joueur par rapport au ballon, mais aussi par rapport à votre adversaire sous peine de grosses déconvenues car même si vous êtes seul, la passe ou le tir ne seront pas forcément un succès.

En clair, si vous êtes en déséquilibre les chances d’échec seront plus importantes. La jouabilité est donc exemplaire, d’autant plus que cette année vous pourrez jouer à la croix directionnelle et même configurer les boutons comme bon vous semble. D’ailleurs, il est important de préciser que l’intelligence artificielle est de très bonne facture. Vos coéquipiers et les adversaires sont superbement gérés et rares seront les erreurs qui vous feront enrager. Enfin, sachez que les coup-francs et les corners ont gagné en intuitivité. On marque donc plus souvent qu’auparavant sur ces phases de jeu, sans pour autant en abuser. La encore l’équilibre est bien trouvé. Si l’on pouvait résumer le gameplay de FIFA 09 en deux mots, timing et patiente seraient parfaitement adaptés.

 

test de FIFA 09 suite
4.6 (92%) 10 votes