Revival : jeu COUPE DU MONDE DE LA FIFA 2006

Je ne vous cache pas le malin plaisir que j’ai à découvrir la ludothèque de la Xbox 360 en HDTV, je trouve tous ces jeux beaux, fins et colorés. Je me souviens qu’à l’époque de la sortie de la première XBox je n’avais pas du tout aimé l’aspect graphique des jeux et sans trop savoir si jétais dans le vrai, javais la ferme impression d’être devant un PC avec des textures 100% DirectX, je retrouvait sur une console ce qui me déplaisait chez les micros, des couleurs froides et fadasses, des effets de mapping peu convaincants, … Bref, tout ça pour vous dire qu’aujourd’hui la 360 me fait l’effet inverse, je trouve les graphismes très « look console » mais boostés à mort par le processeur tri-core et ses 3.2GHz, ya pas à dire, c’est beau la Next-Gen.

 

Revenons à nos ballons avec cette Coupe du Monde de la FIFA 2006, déjà ils auraient pu choisir un titre plus court, ça va pas être évident à placer dans mon test çà, CDMDLFIFA06, ok, oublions çà. Sans être un pro du foot sur console (je connais quelques furieux qui s’entraînent 30 heures par semaine sur PES et ce nest pas mon cas) javoue quand même prendre mon pied assez facilement quand jai un bon jeu entre les mains. Bizarrement « bon jeu de foot » a toujours plus ou moins rimé, pour moi, avec Pro Evolution Soccer et non avec FIFA. D’ailleurs je ne pense pas être le seul dans ce cas et si EA a bel et bien perdu une de ses chasses gardées en termes de simulation sportive, cest bien celle du Football, au profit de Konami et de ses PES.

Parlons plus précisément de cette Coupe du Monde 2006 sur la petite nouvelle de chez Crosoft. Le jeu paraît quelques semaines seulement après FIFA 06 et se concentre à 100% sur la coupe du monde qui sest tenue en Allemagne lété 2006. Le jeu vous propose donc de revivre cet événement majeur du monde du foot, depuis les premiers matchs de qualifications jusquà la grande finale. Toutes les équipes nationales seront au rendez-vous, des plus prestigieuses aux plus inconnues et si vous connaissez l’importance que Electronic Arts attache aux licences, vous ne serez pas surpris de retrouvez dans ce titre tout ce qui était auparavant dispo dans les autres FIFA, c’est-à-dire une exactitude dans les effectifs, les stats, les noms et les visages. Certes Riberi nest pas dans l’effectif français et le gardien par défaut des bleus est Coupet, mais ne chipotons pas, le jeu est sorti fin avril 2006 et mis à part quelques inévitables erreurs, vous retrouverez grosso modo tout le monde à sa place avec l’ultime possibilité de corriger les effectifs vous-même, manuellement. Par contre, et c’est une des déceptions de ce volet 360, l’éditeur de joueurs (pour créer son petit Ribery par exemple) a tout simplement disparu, ne le cherchez pas dans les menus, il nest pas là.

Une fois en jeu la première chose qui frappe cest la qualité graphique du soft. On se rend compte tout de suite du saut de génération entre les autres versions de FIFA sur 128 bits et ce volet 360 (je nai jamais essayé FIFA06 sur XBox 360 donc je nen parlerais pas). Sans être sublimes, les graphismes en jettent suffisamment pour charmer le joueur moyen, pas encore habitué aux capacités de la bête. Si on gratte un peu le vernis on se rend vite compte que si de gros efforts ont été faits sur les stades, les lumières ou encore les visages des joueurs, on remarque très rapidement que le soft souffre d’inégalités techniques assez flagrantes.

En premier lieu et ce n’est pas un détail, l’animation des joueurs n’est pas convaincante pour un support de cette puissance et fait peine à voir à coté dun PES5 quasi parfait sur ce point. D’autre part le public est toujours presque aussi laid que sur 128bits, je ne parle pas des stades mais bien du public qui est modélisé très grossièrement. Les textures des pelouses ne sont pas au top non plus, défaut d’autant plus visible lorsque l’angle de caméra choisi est proche du sol, il suffit de choisir une vue d’ensemble (d’ailleurs plus jouable) pour que tout s’arrange. D’un point de vue sonore j’ai été un peu déçu par rapport au souvenir que javais de FIFA 2005, ses chants de supporters, des excellents bruitages ici tout ma semblé un peu en retrait, en demie teinte, moins immersif. Je n’ai pas essayé de régler les volumes individuellement mais plus quune question de puissance sonore ou de balance entre les pistes, jai ressenti un travail un peu bâclé, vite torché comme on dit chez nous.

D’un point de vue technique cette Coupe du Monde 2006 sen sort donc honnêtement sans pour autant nous en mettre plein la vue et les oreilles, lapport Next Gen est appréciable mais des lacunes persistent. Pour un premier essai cest assez probant, reste à voir ce que la concurrence sera à même de proposer avec une telle débauche de puissance à disposition.